Le CIRIR pour quoi faire ?

Le CIRIR a pour objet et objectif, la valorisation scientifique et grand public du patrimoine scientifique que constitue l’impact de Rochechouart. Pour les scientifiques, le CIRIR est conçu comme un centre de ressource. Il installe sur site une bibliothèque d’échantillons dont les forages dans la Réserve sont un des maillons. C’est aussi un camp de base mis à disposition des scientifiques pour l’étude matérielle (l’étude de terrain et celle d’échantillons « matériels ») des impacts sur l’exemple de celui de Rochechouart. Le CIRIR est en même temps une « agence » de coordination et de programmation de recherches. Il ne finance pas les recherches des équipes qu’il regroupe, lesquelles vont chercher les  ressources nécessaires à la réalisation de leurs projets auprès de leurs institutions de tutelle, comme c’est le cas pour les programmes de la NASA sur les échantillons de la Lune par exemple. Le CIRIR, comme la NASA, coordonne les travaux des chercheurs associés et assure leur « approvisionnement matière». A Rochechouart il s’agit du matériel collecté sur le terrain par tous les chercheurs à venir, et celui collecté à l’occasion des programmes propres du CIRIR, à commencer par celui des forages (La campagne de forages scientifiques, c’est quoi et pourquoi ?….). Par ailleurs le CIRIR fournit à ses collaborateurs, soutien logistique et expertise sur le terrain, y compris le guidage sur le terrain, l’hébergement et la mise à disposition de matériel de préparation et d’observation des échantillons (dont des échantillons issus de la campagne de forage actuelle).

Pour le public, le CIRIR vise à devenir un centre de ressources éducatives et culturelles. Il propose dans un premier temps d’utiliser ses programmes et le site comme matière éducative au profit des étudiants des universités et grandes écoles en France et à l’étranger, dans les disciplines des Sciences de Terre et de l’Espace. En ce moment même le CIRIR encadre un étudiant doctorant de nationalité Sénégalaise et une étudiante doctorante de l’Université d’Etat d’Arizona. Il va recevoir début 2018 un étudiant en master 2 de l’Université d’Aix-Marseille et plusieurs doctorants d’universités au Canada. Tous ont en commun d’avoir Rochechouart comme terrain d’études, autre résultat concret à l’actif du CIRIR. D’autres étudiants vont suivre dans les mois à venir.

Agent de diffusion de la culture scientifique à l’échelle nationale et internationale, le CIRIR vise aussi le public au sens le plus large. Dans son domaine compétence, celui de l’astrogéologie, de l’astrobiologie et des impacts, il prévoit l’installation d’un réseau international de compétences et de moyens qui sera similaire à celui que forme les scientifiques associés au CIRIR et leurs laboratoires, mais qui s’intéressera spécifiquement à la réalisation et la diffusion de supports pédagogiques et de matière à développer l’attrait pour la culture scientifique du grand public.

Contacts

CIRIR: Philippe Lambert, directeur du CIRIR: lambertbdx@gmail.com/ 06 16 17 83 44

Sylvain Bouley : GEOPS (CNRS/Université Paris Sud) : Membre du CIRIR en charge des relations avec le CNRS : sylvain.bouley@u-psud.fr /01 69 15 61 49

Réserve : Nelly Larent, RNN, astroblème de Rochechouart-Chassenon : reservenaturelle.rochechouart@pol-cdc.fr / 05 55 03 02 70

POL: Morgane Picat, responsable Communication: mpicat@pol-cdc.fr / 05 55 02 87 37