Objectifs

Objectifs, méthode et limites

Les objectifs du CIRIR sont doubles :

  1. Promouvoir et valoriser le gisement de savoirs que constitue l’impact de Rochechouart
  2. Faire profiter le public au sens large de cette richesse en retranscrivant, en incitant, en mettant en valeur toutes les initiatives qui permettent de diffuser cette richesse et de la partager avec toute l’humanité (objectif « RESTITUTION »).

Le « R » au centre de l’acronyme du CIRIR se rapporte donc à son double objectif, RECHERCHE et RESTITUTION.

Methode

La méthode est simple et peut être vue comme un effet boule de neige à deux vitesses :

  1. Mobiliser la communauté scientifique internationale pour extraire et exploiter les connaissances sur les mécanismes géologiques et biologiques fondamentaux qui sont enregistrés dans le sous-sol du site (avec l’aide des collectivités, des populations, du territoire et des sponsors pour installer le site comme Laboratoire Naturel International et pour offrir aux visiteurs, scientifiques, étudiants…, un support logistique approprié).
  2. Utiliser le « moment d’inertie » résultant du lancement de l’étape 1 pour déclencher la mobilisation progressive du monde de l’éducation et le public le plus large, avec la participation des populations, des medias, des territoires, du milieu académique et davantage, chacun pouvant contribuer et participer à sa hauteur, à une grande aventure collective de l’humanité, à la recherche des réponses aux questions fondamentales qu’elle se pose depuis tous temps, celles de nos origines, de l’émergence de la Vie, et tout cela à moins de 4h de Paris.

Limites

Tout cet exercice dépend d’une seule variable fixe, qui est la valeur intrinsèque du site. Tout le reste est ajustable et dépend uniquement de nous, de notre capacité et de notre volonté à nous investir pour tirer parti de cette ressource. Le site est à la hauteur de l’objectif, comme le démontre déjà la dimension et la qualité des équipes scientifiques du CIRIR et les programmes qui démarrent. Le seront nous ? C’est la toute la beauté de l’exercice que nous nous proposons de réussir ensemble et que nous proposons à l’UNESCO pour son accompagnement.